vendredi 21 novembre 2014

Amélia Island...ou comment bronzer, se cultiver et se retrouver dans une ville de série télé...

Bon j'ai pris (un peu...) de retard dans le récit de notre petit périple floridien. Mais entre tous les problèmes du retour (je raconterai tout ça dans un prochain billet, car je crois que ça vaut un article complet: ou comment être poisseux en 10 points...), je n'ai pas vraiment eu le temps. Alors je profite d'un moment de répits du vendredi entre deux rdv véto (ma vie est passionnante. Et non ce n'est pas pour moi...) pour raconter vite fait (mais bien fait, comme toujours), notre petite escapade à... Amelia Island. Allez c'est parti! Bon déjà, pour situer la petite ïle d'Amelia, ben c'est simple: c'est au nord de Sainte Augustine. A peine 1h30 à 2h de route en passant par la très jolie A1A qui longe la côte. 


Nous souhaitions un endroit calme et paisible, nous avons été servis!Déjà, pour arriver sur l'île, il faut prendre un ferry sur le fleuve St John dont la traversée coûte 6$ environ et dure à peine 10 min mais fait gagner un temps précieux. Et surtout, c'est un moment très sympa pour observer les pélicans qui tournicotent autour du bateau! 



A peine arrivés de l'autre côté, nous nous sommes dirigés directement vers la Kingsley Plantation, ancienne plantation de citrus et de coton du XIXeme.  Tout est là: les vestiges des 23 cabanes d'esclaves construites en tabby (mélange de coquillages, de chaux, de sable et d'eau), le potager, la cuisine séparée et la maison principale. Cette dernière est le plus ancien bâtiment de plantation encore debout en Floride. L'ensemble du domaine vaut vraiment le coup. déjà, le chemin pour y arriver: des arbres magnifiques, t'ouvrant la voie à travers la mousse espagnole. On se demande tout au long du parcours où on va arriver!

Et nous y sommes. Un endroit superbe, en bord de l'eau, où il fait bon se poser et se souvenir. Gratuit de surcroît (à chaque fois on se dit que c'est rare, mais en cherchant bien, pas mal d'endroit sont gratuits et intéressants en Floride!). Il parait qu'il y a des lamantins dans l'eau, mais comme par hasard, jamais quand on est là. Bon ok, ils arrivent dès le mois de Novembre. C'était un peu tôt. En tout cas, si tu passes par là, arrêtes toi. Si tu ne passes pas par là, fais un détour! Non mais. 


Surtout que la maison est très bien restaurée, des panneaux informatifs vous expliquent l'histoire de l'esclavage mais aussi des propriétaires qui étaient en fait un homme et sa femme, son ancienne esclave à qui il a rendu la liberté ainsi qu'à leur enfants. Après des problèmes avec la justice concernant les lois raciales, le propriétaire dût envoyer sa famille à Haïti et mourut avant d'avoir pu les rejoindre.











Après cette petite escapade culturelle et historique, direction le logement. Et cette fois c'est camping! Situé dans le Little big talbot Island State Park pour 27$ ttc: pour ce prix compte juste un petit emplacement au milieu des moustiques dans un environnement boisé te donnant accès au parc et à ses magnifiques plages. Ce qu'on a fait. Non parce que la culture... Ça chauffe. Alors c'est parti pour les plages désertes du Big talbot Island State Park. 



Mes chaussures ont vraiment l'air pourries là....

Petite sieste. Petit bronzage vite fait et c'est parti pour Amélia Island et Fernandina Beach. Non parce-que le bronzage ça creuse. On a faim. 
Et on ne s'y attendait pas, mais on s'est retrouvé dans le genre de ville que tu vois dans les séries américaines, où tu as l'impression qu'il n'y a qu'une seule rue, 50 habitants max et où tout le monde se connait et se dit bonjour... On était en plein dedans. On s'attendait à voir Jennifer Love Hewitt débarquer avec son café latte dans la main (mais si!!! celle dans Ghost Whisperer quand même! Où elle tient un magasin d'antiquités, sans jamais y travailler, face à une placette qui ressemble à Disney...). Sauf qu'on l'a pas vue. Snif. On s'est donc baladé. Bien jolie balade. Et on a pas craqué devant le magasin de tablettes de chocolats. Fière de nous je suis.









Comme tout bons ricains, à 17h, on avait faim. On a fait quand même nos bons franchouilles, on a attendu. Jusqu'à 18h. Donc on s'est décidé à aller acheter à manger. Quand même. Et on a fait une jolie découverte dans une petite rue, perpendiculaire à la rue principale. Du poisson frit, des crevettes, une salade de choux, une salade d'algues. Bref, bon, frais et original. On a adoré. On a même tapé la discussion avec le staff et on s'est raconté notre vie. Ça y'est, j'étais une Amelia Islander. Juste le temps d'un repas à la crevette frit.




















Et pour finir cette belle journée, un des plus beau couchers de soleil face au port...



Où c'est qu'on-mange? Cafe Karibo, bons petits poissons et crustacés frit à déguster dans un joli jardin sur de grandes tables en bois brut.

Où c'est-qu'on-dort? Camping du Little Talbot Island, 27$TTC. emplacement très simple mais fonctionnel (eau+ électricité). Sanitaires et douches très simples mais propres.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Les deux franchouilles...

Ma photo
Les deux franchouilles sont de retour au pays de la broue avec leur passager clandestin. Ils ne rêvent que d'une chose: continuer leur vie désormais bien canado-franchouillarde mais tout aussi farfelue, l’espèrent-ils... Et laissez-nous un tit message bien franchouillard, ça fait toujours plaisir...

Ki vient nous voir?

compteur pour blog

Blog Archive

Search

Fourni par Blogger.