vendredi 24 mai 2013

J'y crois pas à vot' histoire de marée moi!

Bon ben voilà. C'est vendredi. Et comme tous les vendredis, je bénis le fait que chaque chose ait une fin. Notamment lorsqu'il s'agit d'une semaine de travail. Une semaine de 6 jours intense à se faire engueuler, mouiller, bousculer, câliner... Et comme tous les vendredis, je prends une grande décision: ne rien faire. Oublier les bateaux, la Seine, la crue, la pluie, les touristes. Oublier l'anglais, l'espagnol, le brésilien, le français. Par contre, s'il y a bien une chose qu'on n'oublie pas le vendredi, c'est bien la gourmandise. Bon disons que là, c'est surtout que j'en avais marre de voir mon pain de 500g trainer depuis des jours, tout dur sur mon plan de travail. Alors j'ai pris une décision. The decision of the day: faire du pain perdu. En gros, j'ai un peu fait ça par conscience écolo. C'est vrai quoi, on ne gaspille pas la nourriture quoi. Et on ne gaspille pas la moindre de trace de bonne humeur de la franchouille lorsqu'elle pointe le bout de son nez. Car elle risque de retourner vite fait au fin fond du trou du c... cette bonne humeur. Surtout lorsqu'elle repense à la semaine qu'elle à eu. Et aux semaines qui vont suivre. Toute bonne chose a une fin? Et les mauvaises choses? Non parce que là, c'est quand même le pompon comme dirait mamie marie. Et tant que ya pas de marin dessous, ça m’intéresse pas!
Non parce-que des semaine comme celles-ci..j'aurais bien envie de dire "J'en veux plus!".Mais non, ça fait un mois, que dis-je, 5 mois que ça dure. Les bateaux, entre nous, je peux plus les voir. Non pas les bateaux style yachts amarrés au port de Dunkerke (meuh si meuh si, Dunkerke est la nouvelle destination hippe des yachts de croisière. Ou ça le deviendra. Un jour. Souvenez-vous en. Cette phrase vaudra de l'or. Le maire de Dunkerke me remerciera un jour. Avec un yacht.) Non. Mais tu sais, les bateaux de croisière où se massent les touristes à la pelle, heureux d'être dans la plus belle ville du monde, heureux du temps merveilleux qu'il fait, dans la plus belle ville du monde. Heureux d'attendre 45 minutes devant une grille tel une vache attendant de rentrer dans son pré pour faire la plus belle croisière du monde. Dans la plus belle ville du monde. Et moi je suis dans mon aquarium. Et je ris. Jaune. Non pas comme le soleil du moment. Car depuis 5 mois on ne l'a pas beaucoup vu le soleil. Le sourire des touristes non plus.

Parce que le touriste, qu'il soit français, papouasien ou sénégalais (enfin ceux-là on n'en voient pas beaucoup, ils sont surtout en train de vendre des Tour Eiffel... sous la Tour Eiffel...), il comprend pas trop les phénomènes de crue. Car oui, depuis plusieurs semaines, on récupère toute l'eau qui se vide de part et d'autre de la France (merci les compatriotes hein!) et la Seine est trop haute. Donc résultat, les bateaux passent plus sous les ponts. Donc résultat, on se ballade via "l'alternat", un système de feu de signalisation sous le seul pont "potable" de la capitale pour que chacun puisse admirer les pieds de notre bonne dame, exactement comme quand ya des travaux sur des routes... 
Et va expliquer le fonctionnement des bateaux à des gens qui croient qu'en fait, tu te fous de leur gueule, et que de toute façon, quoique tu racontes, ils y "croient pas à cette histoire de marée"... ("Mais euh...Juste pour information Monsieur, nous n'avons pas de marée à Paris, je vous parle d'une crue, c'est différent. Souhaitez-vous que je vous explique la différence? Oui je sais j'ai craqué). Que de toute manière, le bateau n'a pas d'horaires et peut les attendre 5 minutes ("Un bateau c'est pas comme un avion, vous êtes de mauvaise foi mademoiselle. Il doit nous attendre". Mais oui bien sûr). Dans ces cas là t'as envie de demander à l'équipage de faire une annonce "Nous avons raté le passage au feu vert, nous devrons donc patienter 25 minutes. Veuillez tous remercier Madame Untel, qui, grâce à son retard, vous aura fait raté votre repas au Moulin Rouge". Oui parce qu'il faut savoir que le touriste, en plus de te traiter de mauvaise foi, de ne rien comprendre aux feux de signalétique, de croire que la Seine a des marées, le touriste a pleins de choses à faire. Et donc il est pressé. Que dis-je. Méga ultra pressé. 5 minutes c'est 5 minutes. Comme 5 euros sont 5 euros tu me diras? Mouais. Le principe des vacances n'est-il pas de prendre son temps, de déstresser et de relativiser? Mhmm.... 
Dans ce cas là, à quoi ça sert à quoi de prendre des vacances dis moi? Car moi en vacances, je peux vous assurer que je fais pas attendre le bateau môa! Faut d'ailleurs que je veuille prendre le bateau. Ou que j'en trouve un à prendre. Faut surtout des vacances. Non?

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Les deux franchouilles...

Ma photo
Les deux franchouilles sont de retour au pays de la broue avec leur passager clandestin. Ils ne rêvent que d'une chose: continuer leur vie désormais bien canado-franchouillarde mais tout aussi farfelue, l’espèrent-ils... Et laissez-nous un tit message bien franchouillard, ça fait toujours plaisir...

Ki vient nous voir?

compteur pour blog

Blog Archive

Search

Fourni par Blogger.