mercredi 31 août 2011

Oh un rocher qui bouge! Meuh non c'est un ours!

Euh... Marie? Oui? Ça bouge pas un rocher. Ah mais oui alors c'est un dauphin! J'ai vu un dauphin! Euh Marie? - Oui? - Ya pas de dauphin au Canada, fais trop froid!- Ah. Mouais. C'était un dauphin! Et vu que j'ai toujours raison, et ben je suis restée à fond mon idée. Oui, les dauphins existent! Je me suis bien renseignée sur une merveilleuse affiche sur les mammifères marins de Gaspésie et il y a des dauphins à flanc blanc. Bon entre nous, pour vous dire la vérité, je ne sais pas si j'ai vu un dauphin...ou un rocher qui bouge. Car franchement, c'est incroyable le nombre de rochers qui bougent quand on roule le long des côtes! Alors plutôt que de se taper la honte avec ton rocher qui bouge... dis que t'as vu un dauphin. En gros, j'ai l'impression que y'en a partout. Même si c'est pas vraiment ce que t'as vu... Chut, c'est entre nous. Bref, après les dauphins qui bougent, on en a vu de l'espèce animale! Et une espèce animale en pleine nature, c'est autre chose que Bilou qui prend son bain dans la rivière du coin: ça a de la classe. Et ça ressemble pas forcément à un rocher qui bouge.



Alors pour avoir une brève idée de ce qu'on a croisé (non sans danger ultra-méga important...), je vous ai fait un beau petit montage (il est pas beau mon montage photo? Digne d'une pro...).


Pour résumé, on a vu des castors, des tas de faons, un oriiiiignal, des mammifères marins (en fait on sait toujours pas ce qu'on a vu...), des porc-epics, des ecureils et...un ours! Oui vous avez bien lu, un ours, un vrai hein pas une peluche. Ayant fait pas mal de rando dans le Parc National Forillon et celui du Cap Breton, on pensait en voir là bas. Que nenni! Aucun ours à l'horizon (et pourtant j'étais aux aguets, digne d'une amérindienne chassant l'orignal...). Et il a fallu qu'il nous course en plein Nouveau- Brunswick: " Euh Fred...c'était quoi ça? C'était pas un ours ce truc? - Euh... ça avait l'air...". Et après avoir repris ses esprits (car se faire courser par un ours en voiture c'est pas de tout repos), on en a déduit que c'était bien un ours noir. Qui a traversé la route devant nous. J'ai dit qu'il nous avait coursé? Oups. Je viens pas de Marseille. Promis. En tout cas, il est passé tellement vite que je n'ai même pas eu le temps d'attraper mon appareil. Alors pour la photo, il va falloir me croire sur parole. Si juré! Par contre, j'ai la photo comme preuve que nous étions à sa recherche!
Et là, on doit s'interroger sur ce qu'il y a à faire si on rencontre des ours dans un parc. Car en plus, nous avons un double danger: la terreur national, bilou. Qui n'aime aucune espèce à 4 pattes. Et plus c'est gros et grand, plus il aime attaquer. Alors on s'est bien, très bien renseigné. Et ça nous a pas rassuré du tout. Surtout sur des sentiers déserts. En gros, le petit dépliant (qu'on gardait précieusement sur nous...), a un chapitre intitulé: "Évitez de rencontrer un ours". Ok c'est bien gentil là, mais on choisi pas des fois de se retrouver face à un énorme machin noir qui bouffe du miel. Donc il fallait faire attention aux marques de l'ours: empreintes, excréments, grattages au sol... Bref on devient des indiana des crottes d'ours pour...éviter de rencontrer un ours. Sur un sentier balisé où il nous est interdit d'en sortir, moi je dis, c'est pas facile. Bon, si on rate le coche et qu'on se retrouve face à un ours qui ressemble pas du tout mais alors pas du tout à Winnie, on fait style on l'adore, mais sans lui faire de calin (on oublie, c'est pas Winnie...): bref on recule tranquilou et on se barre. Tranquilou. Et si on a un chien, là c'est pire. Surtout Bill. Et je vous raconte même pas le chapitre sur "Si l'ours attaque"... Tout ce qu'on a retenu c'est que ça sert à rien de monter dans les arbres: les ours peuvent en faire autant. Dans tous les cas, suis nulle en acro-branche. Bref, on a croisé les doigts pour rencontrer un ours... en voiture! Et ce fut chose faite!
Par contre, concernant l'orignal, aucune fiche-secours. Et pourtant, c'est une bête...éenoooorme. Bon ça va, il est végé. Enfin j'espère (?). On faisait la rando du sentier Skyline du Parc des Hautes Terres au Cap Breton  (sans bill, sinon ça aurait été un carnage...), quand on l'a vu en train de manger, à quoi, 30 mètres à peine. Et je ne m'attendais pas à ce que ce soit aussi énorme. Superbe. Un beau moment.
Et les coyotes qu'on entend la nuit en camping du parc Kejimkujik, ça compte? Là, on avait une fiche secours. Pire que l'ours. En gros, faut  courir, faut crier, et faut lui jeter des pierres. Pauv' coyote. Mais il a eu trop peur de nous, il s'est pas approché de la tente et n'a fait que hurler. Chochote. Il a eu peur de Bill suis sure.

1 commentaire:

  1. excellent ton récit ! c'est super tout ce que vous avez vu ! Juste ement j'y pensais l'autre jour que j'avais pas fini de te répondre sur les campings, mais je vois que vous vous êtes bien débrouillés !
    j'ai hâte de savoir où vous êtes allés avec des nom pareil comme "Kejimkujik"... ???
    Pour la photo marqué "je sais pas ce que c'est", ça ressemble bien aux phoques qu'on a vu au parc du forillon. en effet yen avait pas mal !

    RépondreSupprimer

Les deux franchouilles...

Ma photo
Les deux franchouilles sont de retour au pays de la broue avec leur passager clandestin. Ils ne rêvent que d'une chose: continuer leur vie désormais bien canado-franchouillarde mais tout aussi farfelue, l’espèrent-ils... Et laissez-nous un tit message bien franchouillard, ça fait toujours plaisir...

Ki vient nous voir?

compteur pour blog

Blog Archive

Search

Fourni par Blogger.