lundi 28 mars 2011

Sur un air de Printemps...

Il parait que je fais que des posts sur la bouffe. Ah bon? Etrange étrange. Donc pour palier à mon manque "d'originalité postale" (ben voyons...), j'ai décidé de faire un post sur... le printemps. Ça c'est sûr, c'est beaucoup, beaucoup plus intéressant que de savoir si je mange de la poutine au foie gras ou dans quel endroit je vais bruncher dimanche. Bande de jaloux.
Donc le Printemps ici, ben...c'est le printemps. Fais beau, fais froid, il pleut... et voilà qu'il neige! Bref, on se sait jamais comment s' habiller et en plus on tombe malade. Ben vi. Car le froid sec est retombé, et l'air est plus humide. Donc, moi qui me narguait devant une collègue mardi lui disant qu'ici, contrairement à la France, je ne suis pas tombée malade une seule fois, pas un seul nez bouché, pas une seule quinte de toux, rien de rien, bref vive le Québec, et voilà que je tombe... malaaaaaaade. C'est donc avec un paquet de mouchoirs que je commence cette douce période qu'est le Printemps. Les oiseaux sont sortis, surtout les mouettes, va savoir pourquoi, la neige fond, on aperçoit enfin le gris du bitume qui nous fais aussi découvrir.... les nids de poule. Et un nid de poule québécois, c'est... très ennuyeux. Non ne regardez pas dans les arbres, on s'en fout des arbres. Surtout qu'en plus, ils sont encore tous nus. Il faut regarder en bas, sur le sol, sur le bitume, ou plutôt, dans le bitume. Si tu n'as pas encore mis le pied en traversant la rue ou ta roue de voiture dans un nid de poule, c'est que vraiment, vraiment, faut que tu joues au loto. Car moi j'ai découvert les nids de poule début Mars, alors qu'on se se débattait au milieu de toute cette marde-de-naeige qui, tranquillement, sereinement, se transformait en flaques, que dis-je, en lacs! et voilà comment je suis rentrée, après 10 minutes de marche dans la rue, totalement trempée jusqu'aux genoux. Et là, j'ai osé dire: ostie d'nid d'poule! Mais le pire, c'est pour les automobilistes. Car un nid de poule, ça te fout en l'air ta jolie mercedes. Ou ta twingo pourrie. Même si ici, connaissent pas les twingo. Savent pas ce qu'ils perdent. Ça bousille les amortisseurs, pour peu que tu ne sois pas coincé dedans! Et ça permet aux JT, aux journaux de faire tous pleins d'articles sur nos fameux nids de poule. Qui va enfin plaider dans son programme des élections fédérales "NON AUX NIDS DE POULE, OUI AU LAIT DE POULE"? J'attends, j'attends. En même temps, je m'en fous j'ai pas de voiture.
Et comme j'essaie de paraître un peu culturée et de pas dire toujours n'importe quoi en bouffant tout le temps des poutines au foie gras, je vous ai trouvé un shéma fantastico-ludique: Comment se forment les nids de poule? Tout Montréalais se doit de connaître ce shéma car, paraît-il, Montréal est la capitale des nids de poule. M'en fous, j'ai pas de voiture. Et en plus suis malaaaade.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Les deux franchouilles...

Ma photo
Les deux franchouilles sont de retour au pays de la broue avec leur passager clandestin. Ils ne rêvent que d'une chose: continuer leur vie désormais bien canado-franchouillarde mais tout aussi farfelue, l’espèrent-ils... Et laissez-nous un tit message bien franchouillard, ça fait toujours plaisir...

Ki vient nous voir?

compteur pour blog

Blog Archive

Search

Fourni par Blogger.